L’estime de soi chez les adolescents

« Je manque de confiance en moi » est une phrase que l’on entend souvent, chez les adultes bien sûr, mais aussi chez les adolescents. Et pourtant, pour ces derniers, en creusant un peu, il apparaît qu’il ne s’agit pas de confiance en soi mais d’estime de soi.

 

Quelle différence entre estime de soi et confiance en soi ?

L’estime de soi c’est reconnaître sa propre valeur en tant que personne. C’est l’image que l’on a de soi avec nos forces, nos talents et nos qualités mais aussi nos faiblesses.

 

La confiance en soi c’est croire en ses capacités et ses ressources pour affronter une situation particulière.

 

La première se situe dans le ressenti alors que la seconde se nourrira dans les actions.

Exemples :

  • Face à un devoir, un élève peut perdre ses moyens et penser qu’il ne sera pas à la hauteur. Il manquera alors de confiance en lui.
  • A l’inverse, face au même devoir, un élève peut parfaitement réussir mais dire qu’il n’a aucun mérite ou que de bons résultats ne valent pas grand-chose. Il aura dans ce cas une faible estime de lui-même.

 

Contrairement à ce que beaucoup croient, avoir une haute estime de soi ne signifie pas se croire meilleur que tout le monde. Il s’agit en fait d’avoir une vision réaliste de soi, avec les bons et les mauvais côtés. C’est être bienveillant avec soi, s’accepter et croire en la capacité de s’améliorer.

 

L’estime de soi intervient dans plusieurs domaines :

  • Le physique
  • La scolarité
  • La vie familiale
  • La vie sociale

 

Elle peut varier de l’un à l’autre. Une personne peut être satisfaite de son physique mais se croire nulle quand elle parle de sa scolarité.

 

Comment l’estime de soi se construit-elle ? 

On ne naît pas avec un réservoir d’estime de soi. Elle se construit au fil du temps, en commençant dès la naissance, à travers le regard des parents. L’enfant se sent important et aimable grâce à leurs soins et leur présence. Des paroles encourageantes et bienveillantes continuent de remplir ce réservoir.

 

Sentir que l’on a sa place dans la famille puis dans un groupe d’amis contribue ensuite à développer l’estime de soi.

L’adolescence est une étape clé dans la construction de l’estime de soi. Les jeunes sont en recherche de leur identité, en opposant le mode de vie et les valeurs de leurs parents à ceux d’autres adultes. Cela crée souvent des conflits alors qu’ils ont justement besoin d’être acceptés dans cette phase exploratoire.

Ensuite, la connaissance de soi est nécessaire pour faire cette évaluation de soi-même : les goûts, les qualités, les valeurs, les opinions, les talents, les défauts etc…

Mais des croyances du type « je suis nul », « personne n’a envie d’être ami(e) avec moi » ou « je ne vaux rien » altèrent considérablement l’image que l’on de soi.

 

Aujourd’hui les adolescents multiplient les activités et les succès sans en tirer une quelconque fierté pour beaucoup comme si tout ce qu’ils accomplissent était simplement normal.

Et pourtant, participer à une représentation de théâtre ou à une compétition sportive ou venir à bout d’un jeu vidéo demande des ressources qu’ils vont chercher au fond d’eux-mêmes. Si le fait d’oser participer relève de la confiance en soi, en ressentir la satisfaction et la fierté tient à l’estime de soi.

 

Quels indices pour une bonne estime de soi ?

Il/Elle se sent aimé(e) et fait confiance aux autres

Il/Elle accepte facilement de relever des défis

Il/Elle est capable de reconnaître et de s’attribuer le mérite de leurs succès

Il est capable de s’affirmer, de dire non et de se faire respecter

Il/Elle se sent bien dans un groupe

Il/Elle accepte la différence

Il/Elle se reconnaît des qualités et des points forts

 

Quels indices pour une faible estime de soi ?

Il/Elle a tendance à être anxieux(se) et stressé(e)

Il/Elle a des difficultés à nommer ses qualités

Il/Elle se compare aux autres et se sent inférieur(e)

Il/Elle est mal à l’aise dans les groupes et n’ose pas s’exprimer

Il/Elle a une peur paralysante de l’échec

Il/Elle ne supporte pas de se sentir différent(e) et veut être comme tout le monde

Il/Elle a un comportement agressif ou dominateur

Il/Elle est facilement blessé(e) par les remarques des autres

 

Comment favoriser l’estime de soi des adolescents ?

Les parents ont un rôle important dans ce regard que le jeune porte sur lui. Voici quelques pistes pour les accompagner :

  • Les faire réfléchir à leurs qualités, à leurs talents et leurs valeurs
  • Leur faire prendre conscience de leurs réussites
  • Les aider à valoriser leurs réussites et à identifier les ressources qu’ils ont sollicitées pour y parvenir afin qu’ils portent un autre regard sur leurs actions
  • Faire la distinction entre être et faire : je ne suis pas ma note, j’ai fait un devoir pour lequel j’ai obtenu telle note.
  • Les habituer à identifier et nommer leurs émotions en verbalisant vous aussi ce que vous ressentez, par exemple après un conflit
  • Leur faire prendre conscience de leurs pensées négatives comme « Je suis nul » « Je n’y arriverai jamais » etc…
  • Avoir confiance en son adolescent et ses ressources
  • Lui donner des occasions de développer son autonomie et son sens des responsabilités
  • Avoir un discours positif et encourageant

Ecrire un commentaire

luctus dictum ante. velit, nunc elementum odio Sed